Une maison avec une histoire

Une auberge puis une caserne impériale au Ménil Broût dans l'Orne, ont fait place à La Bérouldine  maison d'hôtes, et un gîte. L'histoire de la destination de ce lieu voué à l'accueil des voyageurs pour leur offrir le gite et le couvert se perpétue, jusqu'à sa table d'hôtes.

Traversé par la Sarthe et la Vezone ainsi que d’innombrables cours d’eau, le Ménil-Broût est un petit village de 167 âmes, situé à 13 km au nord-est d’Alençon. Flanqué de prairies et de la foret de chênes au nord, il offre un cadre typiquement normand. Ses habitants sont appelés les Bérouldins et les Bérouldines. La maison d'hôtes et gîte, tire son nom de ce gentilé : « La Bérouldine »

Avant de devenir gîte et chambres d'hôtes en mars 2022, la maison a vécu des siècles chargés d'histoires. Erigée vers 1750 et composée initialement de deux longères en colombages couvertes de chaume, disposées en «L», La Bérouldine n’était rien de moins que l’auberge du village où pendait l’enseigne « La Pomme d’Or », tenue par le sieur Queru.
Les futurs héritiers ne souhaitant pas reprendre l'affaire de leur père, la propriété est vendue en licitation en avril 1837.
En juillet de la même année, les longères sont louées par leur nouveau propriétaire, le sieur Peau dis Taillis, pour abriter la caserne du Ménil Broût. C’est la Brigade numéro 21 de La Gendarmerie Impériale de la Compagnie de L’Orne, d’Arrondissement d‘Alençon.
Elle sera en service jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.
Pendant cette triste période la maison a été réquisitionnée par l'ennemi pour servir de kommandantur.
La vie et la joie sont revenues dès 1947. La Maison a repris son rôle d'accueil heureux. Elle est devenue maison de vacances pour les petits parisiens et les familles de la région jusqu'en 1971, l'année où elle a été vendue à un couple d'antiquaires.
Revendue de nouveau dans ls années 80, elle a connu quelques décennies chaotiques et s'est détériorée en attendant patiemment ses nouveaux propriétaires.

Du complexe initial il reste aujourd’hui l’aile gauche. La seconde longère trop abimée a été remplacée en 1849, par une bâtisse de 264 m2 sur 3 niveaux, plus moderne, offrant plus de confort.
La Bérouldine, simple et solide, son coté austère ne manquant pas de charme et son escalier vertigineux, comme suspendu, ne laisse personne indiffèrent.
Longtemps en vente et très sérieusement abimée, la maison s'est présentée à moi au printemps 2021.  

 

Après plusieurs décennies passées dans un grand groupe de médias où je dirigeais le pôle doublages (les versions françaises des programmes TV, cinéma, documentaires), je me suis tournée vers le  marketing digital en free lance. Archi d'intérieur au début de ma carrière professionnelle, il m'a fallu toute l'énergie du désespoir, les efforts de plusieurs équipes d'ouvriers et artisans  pour  relever cette vieille dame qu'est La Bérouldine. Nous avons travaillé selon un planning que j'ai voulu très serré, pour pouvoir vous accueillir dès le printemps 2022. J'ai hâte maintenant de vous ouvrir la maison, pour partager des instants sympathiques, authentiques et bucoliques ;-)​

La proprietaire de La Bérouldine au Menil Brout Monika Zass Lawinska
Screenshot_20220128-052241_Chrome_edited.jpg